Spécial fêtes – partie 2 – Limiter la fraude à Noël, c’est possible !

Si le nombre de transactions pendant la période des fêtes peut vous faire perdre la raison, les chargebacks quant à eux peuvent vite vous faire descendre de votre petit nuage ! HiPay vous donne quelques indications pour limiter la fraude en cette période de forte affluence.

Record de ventes peut être synonyme de record de chargebacks
Pour commencer, qu’est-ce qu’un chargeback ? Un chargeback est une contestation de paiement réalisée par le client final directement auprès de sa banque. Généralement, les e-shoppers contestent des paiements pour deux raisons : ils ne sont pas à l’origine du paiement (ils ont perdu leur carte ou ils se la sont faite voler) ou ils sont mécontents des prestations du marchand.
La seconde option est la plus répandue. Un client mécontent cherche la facilité pour annuler une commande lorsqu’il juge la livraison trop longue ou qu’il a trouvé le même produit à un prix inférieur sur un autre site. Au lieu d’annuler sa commande en faisant appel au service client du e-commerçant, le e-shopper conteste directement le paiement auprès de sa banque. Le marchand se retrouve donc avec un chargeback qui n’aurait pas lieu d’être.

… si votre module anti-fraude n’est pas bien paramétré !
Chez HiPay, nous avons compris l’importance du combat contre les fraudeurs récurrents. HiPay Enterprise offre une solution idéale à tous les e-commerçants souhaitant se protéger activement contre la fraude.
Le module Fraud Protection Service (FPS) a été créé dans le but de s’adapter aux besoins de chaque marchand, tout en prenant en compte les spécificités liées au secteur dans lequel il évolue. Un seul leitmotiv : réduire le taux de fraude sur le site sans altérer le taux de conversion. Pour y parvenir, le FPS propose plus de 80 critères entièrement paramétrables par le marchand.
Nombreux sont les e-marchands à choisir HiPay pour son module anti-fraude. C’est le cas de L’Exception qui apprécie l’accompagnement d’experts dont il bénéficie pour ajuster les critères de son module en temps réel. Résultat : le nombre de transactions frauduleuses a été divisé par trois !