Quels outils pour se protéger de la fraude ?

Dans un précédent article, nous évoquions les chiffres de la fraude dans le monde. Si la fraude touche beaucoup de e-commerçants, il faut savoir qu’elle n’est pas une fatalité et qu’il existe plusieurs outils pour s’en protéger. Voici quatre des outils de protection les plus utilisés dans le e-commerce.

Porter son attention sur les données

La clé de voûte d’un combat efficace contre la fraude, ce sont les données. En effet, les transactions n’étant pas directement visibles par le marchand, les données aident à différencier les vraies transactions des frauduleuses. Cette méthode a surtout une visée préventive. Néanmoins, cet outil connaît parfois quelques limites, puisqu’un contrôle trop étroit peut faire échouer des commandes “sans risque”.

 

Utiliser des outils de détection adaptés aux supports

Une enquête révèle que 75 % des marchands sont à présent capables de détecter si une commande vient d’un mobile ou d’un site web. La majorité de ces marchands utilise le même système de détection de fraude. Alors que cette tendance semble logique, au vu du climat actuel très tourné vers l’e-commerce, elle n’est peut-être pas prête à être viable, car le commerce mobile en est encore à un stade précoce. À la différence du traditionnel e-commerce, les canaux mobiles sont en mesure de fournir bien plus de données, et c’est sûrement le prochain cap à passer afin d’être  mieux protégé de la fraude.

 

Le Card Verification Number

En top liste des outils les plus utilisés, nous retrouvons le CVN et la liste négative. Cette dernière présente des détails tels que l’adresse email, le nom du client, et même parfois un éventuel passé frauduleux. Que ce soit pour les canaux mobiles ou les sites web, ce sont les outils les plus utilisés en ce moment. Le CVN est l’un des premiers outils “anti-fraude” utilisé par les commerçants et est considéré comme indispensable.

 

Le 3D Secure

Aujourd’hui, le développement du 3DS a nettement augmenté, puisque 37 % des commerçants disent l’utiliser, contre 25 % en 2013. Bien qu’il soit limité à certains marchés, la liste continue de s’agrandir. Parfois boudé par les e-commerçants car pouvant avoir des conséquences négatives sur le taux de conversion, le 3DS est de plus en plus adopté. La nouvelle version dynamique, associée à la capacité d’appliquer de façon sélective le 3DS à certaines transactions, a contribué à améliorer l’usage du 3DS.

 

Le module HiPay Fullservice proposé par HiPay combine plusieurs de ces outils et offre une protection optimale.