Le paiement sur facture mobile, une solution à la mode

Pour régler certains de ses achats de bien digitaux, la solution du paiement sur facture mobile se fait une place grandissante dans le panorama du paiement. Pour comprendre l’engouement pour ce moyen de paiement, HiPay s’est intéressé aux évolutions des pratiques des français en matière de paiement mobile.

Aujourd’hui, 61 % des français sont équipés de smartphone et près d’un français sur deux est équipé d’une tablette. Selon l’Association Française du Multimédia Mobile (AFMM), le paiement sur facture mobile a généré plus de 210 millions d’euros de gains, soit une augmentation de 55,70 % depuis 2010. Il est donc correct d’affirmer que cette méthode de paiement va de pair avec l’utilisation croissante des canaux mobiles.

 

En quoi consiste le paiement sur facture mobile?

Le principe de cette méthode de paiement est simple en plus d’être rapide : lorsque l’acheteur fait le choix du paiement sur facture mobile (en France sous la marque Internet+ Mobile), il est directement prélevé sur la facture de son opérateur. Il paiera donc ses achats à la fin du mois, à la réception de sa facture.

habitude-achat-hipay

 

Avec cette méthode de paiement, il est possible d’acheter plusieurs types de contenus numériques : vidéos, jeux, livres, articles de presse, applications… Les français l’utilisent surtout pour l’achat de codes de paiement (40 %), de jeux à télécharger (30 %), de votes ou jeux concours lors d’émissions TV (29 %), de paiement de contenu sur Internet (26 %), de jeux en ligne (25 %), de musique (25 %) et de sonneries (22 %)*.

 

Quels avantages ?

Cette méthode de paiement sécurisée est également performante : elle permet un taux de conversion 5 à 7 fois plus élevé que la carte bancaire. Rappelons que, selon une étude menée par Médiamétrie en 2014, “81% des e-shoppers ont déjà abandonné un paiement en ligne avec une CB du fait d’un problème de confiance (68%), technique (58%) ou en raison de la longueur du formulaire (36%)”. Une réelle aubaine donc pour les éditeurs et marchands puisque l’achat d’impulsion en est largement favorisé.

Les utilisateurs ne sont pas non plus en reste puisqu’ils n’ont pas besoin de divulguer leurs coordonnées bancaires pour obtenir leurs contenus numériques. A noter que si seule la carte bancaire avait été proposée, 66% des e-shoppers n’auraient pas réalisé leur achat. Ils sont donc rassurés et plus enclin à renouveler leurs achats une prochaine fois, estimant que la solution est totalement sécurisée, sans compter que le paiement se fait en quelques clics.

 

Les français et le paiement sur facture opérateur

Mais qui sont ces français qui payent sur facture mobile ? Davantage des adultes âgés entre 25 et 49 ans, tant des hommes que des femmes.

pourquoi-hipay

90% des utilisateurs français sont satisfaits de cette méthode de paiement, dont 37% très satisfaits. Pourquoi apprécient ils cette solution ? Toujours suite aux études menées par Médiamétrie en partenariat avec l’AFMM, les français la trouvent simple d’utilisation (52%), rapide (56%), pratique (46%), sécurisée (42%), claire (47%) mais surtout le prix payé est celui attendu (59%) ! Des attentes récurrentes dans le monde du paiement en ligne auxquelles la solution répond avec les meilleurs taux de satisfaction.

Jusqu’à quel montant sont-ils prêts à acheter via la solution de facturation mobile ? Cette méthode de paiement est très utilisée lors de dépenses inférieures à 9 euros. En effet, en dessous de ce seuil, les acheteurs hésitent généralement à utiliser leur carte bancaire. Néanmoins, près de 50% des utilisateurs sont prêts à payer via leur facture mobile pour un montant allant jusqu’à 15 euros.

Le paiement sur facture mobile présente donc plusieurs avantages pour le marchand comme pour l’acheteur, surtout lors d’achats à faible montant. HiPay l’a bien compris et, grâce à sa solution HiPay Mobile,  propose aux éditeurs de contenus numériques de répondre au mieux aux besoins de leurs consommateurs en s’adaptant à leurs habitudes d’achat en ligne.

 

*Sources : AFMM 2013/2014 et Médiamétrie