E-commerce et expansion à l’international : qu’est-ce qui bloque les marchands français ?

Aujourd’hui, HiPay analyse les freins à l’expansion internationale pour les e-commerçants au travers des chiffres de l’étude Top 100 publiés par e-commercemag.fr. Pour les e-commerçants, la question du développement à l’étranger  peut se poser rapidement. Si de nombreux marchands français ont choisi de se lancer hors de nos frontières, 66 % des sites se contentent encore de vendre uniquement sur le territoire français. Qu’est-ce qui freine donc le développement à l’international des marchands français ?

Déploiement international : un parcours semé d’obstacles

Développer son activité à l’étranger nécessite de nombreux investissements de la part des e-commerçants. En France, ils sont encore nombreux à hésiter à se lancer. En cause ? Des problèmes de coûts et d’organisation essentiellement. Quand on les interroge sur le principal obstacle à une implantation à l’étranger, 42 % des e-commerçants parlent de problèmes de compétitivité et du prix de l’expédition, 33 % d’entre eux citent des difficultés d’organisation logistique; enfin 26 % évoquent le coût du service après-vente et des retours de produits.

Mais d’autres paramètres entrent aussi en compte, comme  l’adaptation marketing et culturelle (habitudes d’achat  et de paiement sur Internet). Ainsi, la personnalisation de l’offre par pays représente un frein pour 39 % des vendeurs. Subsistent aussi des obstacles culturels et linguistiques (28 %) et des obstacles réglementaires observés par 33 % des e-commerçants.

S’étendre hors des frontières françaises occasionne des frais et nécessite une organisation que tous les marchands ne peuvent pas se permettre.

L’étranger oui, mais où ?

Les pays d’Europe restent la destination privilégiée des marchands français en raison de leur proximité géographique. Les pays visés ? L’Espagne (83 %), la Belgique (80 %), l’Italie (70 %), l’Allemagne (63 %), le Royaume-Uni (53 %) et la Suisse (47 %).

carte-europe-hipay

L’UE commence à légiférer

Pour favoriser les échanges en Europe, l’Union européenne envisage de mettre en place des actions ayant pour but de créer un marché unique du numérique en Europe. De plus, d’ici 2016, Bruxelles a la volonté de développer des projets basés sur 3 piliers:

  •  faciliter l’accès aux biens et services numériques dans toute l’Europe,
  •  favoriser un environnement propice au développement des services numériques innovants,
  •  maximiser le potentiel de croissance de l’économie numérique.

Ces mesures devraient permettre à nos e-commerçants d’étendre plus facilement leur activité hors des frontières françaises.